Stimuler le développement économique de la filière bois

La mobilisation de la ressource

 
  • L’appui à la petite forêt privée

Entre 2012 et 2014, 7 projets groupés ont été menés par la CAPFP et ont abouti à la vente de 12 250 m³ de bois pour une valeur de 620 000 €. En outre, 16 ha ont été reboisés en 2014, générant 39 000 € de travaux forestiers. Ces résultats ne tiennent pas compte de la valeur ajoutée en aval et des bénéfices collatéraux des actions : opérations de mobilisation directes, parcelles vendues, etc. Ils ne tiennent pas compte non plus des actions individuelles menées par la CAPFP.

  • Les ventes de bois

Corollaires de la reprise de la gestion de la plateforme woodnet.com, qui héberge notamment le calendrier des ventes publiques de bois et les catalogues, l’Office procède à l’envoi des annonces de ventes de bois à la demande des communes et du DNF vers un public de professionnels wallons et annonce les résultats de ces ventes dans la section « Actualités » de son site Internet.

  • La sensibilisation au reboisement

La ressource résineuse wallonne est surexploitée et surtout non renouvelée. Pour enrayer ce phénomène, l’Office économique wallon du bois a décidé d’encourager le reboisement et a lancé une campagne de sensibilisation auprès des propriétaires publics et privés de petites parcelles. Cette campagne fait partie des recommandations avancées par l’Office économique wallon du bois pour enrayer le phénomène de surexploitation de la ressource résineuse et la reconstituer.

  • L’établissement du bilan économique du parc à grumes de la Région wallonne

L’Office a été chargé de l’établissement d’un bilan économique du parc à grumes mis en place par le DNF. Ce parc à grumes a pour objectif la mise en valeur des plus belles culées produites par la forêt soumise wallonne et leur vente à des acheteurs spécialisés. L’expérience est étalée sur 5 années. Ce mode de vente est jugé perturbant par les marchands de bois traditionnels, pour qui le tri des grumes achetées et la connaissance des meilleurs acheteurs est la base du métier. L’Office évalue les coûts de mise en place et de fonctionnement d’un tel projet et en estime la rentabilité pour la Région. Au-delà de la rentabilité, l’Office évalue et intègre également les retombées indirectes de ce type de ventes sur les ventes de bois en général et sur la conduite des peuplements.